Eesti English
Français
La Politique de sécurité »

La politique estonienne de sécurité

15.10.2011

L’objectif de la politique de sécurité de l’Estonie est de préserver l’indépendance du pays, son intégrité territoriale, l’ordre constitutionnel et la sécurité de son peuple. La réalisation de ces objectifs est garantie par le fait d’être membre de l’OTAN et de l’Union européenne. Comme la sécurité internationale est indivisible, l’Estonie participe activement aux opérations internationales de gouvernance des crises et de soutien de la paix. Les principes directeurs de cette action sont inscrits dans les fondements de la politique de sécurité de la République d’Estonie adopté par le Riigikogu (le parlement estonien) en 2010.

L’OTAN

L’Estonie est membre de l’OTAN depuis 2004. Être membre de cette organisation de défense collective assure à l’Estonie la sécurité militaire, lui garantit une protection efficace et lui permet de participer utilement à la coopération internationale en matière de sécurité. Être un membre actif de l’OTAN est la priorité stratégique à long terme de la politique estonienne de sécurité et de défense. Comme les autres membres de l’OTAN, l’Estonie développe des forces armées mobiles et viables et augmente sa capacité à participer aux opérations internationales de maintien de la paix. Tallinn est le siège du Centre d’excellence de l’OTAN pour la cyberdéfense, qui associe huit pays. L’Estonie a participé activement à la mise à jour de la conception stratégique de l’OTAN et soutient fermement la politique « portes ouvertes » de l’OTAN.

Les défis actuels en matière de politique de sécurité exigent que l’OTAN coopère avec d’autres organisations internationales. Le dialogue entre l’OTAN et l’UE s’est concentré ces dernières années sur deux domaines : la gestion des crises dans les Balkans et le renforcement des capacités militaires de l’Europe. Avec les missions de l’Union européenne en Afghanistan et au Kossovo, la coopération entre les deux organisations pour la planification et la mise en œuvre des missions est de plus en plus d’actualité. La coopération fonctionne bien au niveau concret, mais il faut maintenant la faire passer au niveau politique et militaire le plus élevé.
Il ne faut pas sous-estimer l’importance des relations entre l’OTAN et l’ONU. En matière de direction et de coordination de la contribution civile internationale, l’ONU peut soutenir l’activité de l’OTAN dans les zones d’intervention.

Les menaces sur la sécurité de l’Estonie sont largement liées au contexte global, c’est pourquoi l’Estonie accorde une grande importance au dialogue et à la coopération dans le cadre de tous les programmes de partenariat pilotés par l’OTAN. Elle accorde une importance particulière au Conseil de Partenariat euroatlantique, à la Commission OTAN-Ukraine, à la Commission OTAN-Géorgie et au Conseil OTAN-Russie, organisations qui ont contribué à mieux faire comprendre les objectifs de l’OTAN et à mieux travailler ensemble entre autres dans le cadre des opérations de terrain. L’Estonie est favorable à une approche souple des relations de partenariat, qui permette au besoin de coopérer avec tous les pays au nom de valeurs et d’intérêts communs. De plus, elle est favorable à l’élargissement de l’éventail des sujets à aborder conformément aux intérêts de l’alliance, entre autres sur la sécurité – comme la sécurité énergétique et la cybersécurité.

La participation de l’Estonie aux missions et opérations de l’OTAN

L’Estonie a envoyé dans les zones de crise des unités et des spécialistes dans les domaines militaires suivants : des unités d’infanterie légère et de police militaire, des officiers d’état-major, des démineurs (EOD), des contrôleurs aériens, des observateurs militaires, du personnel pour les services de transport et de livraison des marchandises. En 2011, environ 200 militaires estoniens sont engagés en permanence dans diverses opérations.

L’Afghanistan – L’Estonie a commencé ses activités militaires en Afghanistan en 2002, dans le cadre du programme anti-terroriste « Liberté durable » sous l’égide des USA. Elle participe depuis 2003 aux forces d’aide à la sécurité internationale sous l’égide de l’OTAN (ISAF ), qui est aujourd’hui la principale opération extérieure de l’alliance. L’ISAF est l’opération militaire la plus importante et ambitieuse des militaires estoniens, dans laquelle sont engagés en 2011 jusqu’à 160 militaires estoniens. La plus grande partie du contingent séjourne dans le Sud de l’Afghanistan, dans la province d’Helmand, qui est particulièrement importante pour la stabilisation du pays. Compte tenu de l’accroissement de la contribution générale en 2010, l’Estonie a elle-aussi décidé d’augmenter son apport civil et de multiplier son engagement militaire.

Pour arriver à construire en Afghanistan une structure étatique, il est indispensable d’utiliser tous les moyens civils et militaires de manière coordonnée. C’est pourquoi l’Afghanistan sera, dans les années à venir, l’un des pays prioritaires dans la coopération pour le développement. La priorité de l’Estonie en matière de contribution civile touche au développement des services de santé dans la province d’Helmand. L’expert médical envoyé par l’Estonie y a commencé sa mission en 2008.

Le Kosovo (KFOR) – L’Estonie participe à l’opération de maintien de la paix de l’OTAN au Kosovo depuis 1999. Ces dernières années elle y a contribué avec des officiers d’état-major sis au siège de la KFOR et avec un bataillon d’infanterie de quelques dizaines de personnes au sein du bataillon danois à Mitrovica, dans le Nord du Kosovo. Conformément à la décision de l’OTAN de réduire ses forces au Kosovo, l’Estonie a mis fin à la participation à la KFOR de son bataillon d’infanterie en février 2010. Elle poursuit sa participation avec un officier d’état-major au siège de la KFOR.

L’Irak – L’Estonie a participé à la coalition internationale dans l’opération « Liberté en Irak » entre 2003 et 2008. Après avoir retiré ses unités de combat, elle continue à participer à la mission OTAN de formation (NTM-I) avec deux officiers d’état-major.

La Force de réaction de l’OTAN (NATO response force) – L’Estonie participe à la Force de réaction de l’OTAN depuis 2005. En 2010, elle a participé à la 14e rotation de la Force de réaction de l’OTAN avec un bataillon d’infanterie et, dans la seconde moitié de l’année, à la 15e rotation avec une unité navale. Le programme de développement à long terme de la défense militaire de l’Estonie pour 2009-2018 prévoit la participation d’unités militaires estoniennes à des opérations extérieures dirigées par l’OTAN, à l’UE et/ou des forces de la coalition.

L’appartenance de l’Estonie à l’OTAN bénéficie d’un fort soutien de la part des citoyens estoniens. Un sondage effectué en septembre 2010 montre que 78% de la population soutient l’appartenance de l’Estonie à l’OTAN. Ce résultat reste quasiment inchangé par rapport à ceux des sondages effectués les années précédentes.

L’Union européenne

L’Estonie est membre de l’Union Européenne depuis 2004. Elle est intéressée à ce que l’Union soit forte, unie et influente au plan international. L’une des composantes essentielles et visibles d’une politique étrangère et de sécurité commune est la politique de sécurité et de défense commune. L’objectif de cette dernière est le renforcement de la sécurité, le maintien de la paix, la coopération internationale et la promotion de la démocratie, la participation à la prévention des crises et à leur résolution. La capacité de l’UE à lutter contre les dangers menaçant la sécurité internationale a grandi ces dernières années, et son activité est devenue nettement plus efficace. Avec la mise en œuvre du traité de Lisbonne, elle ne manquera pas de se renforcer encore davantage.

L’Estonie s’est fixé comme objectif de contribuer activement à la diffusion des valeurs des droits de l’homme et de la démocratie et à la création de la stabilité économique. Elle est intéressée à ce que l’UE soit active en rapport avec ses voisins et soutient le renforcement de la politique de voisinage ; elle participe à l’évolution de cette politique. Elle a augmenté et a l’intention de continuer à augmenter sa présence dans plusieurs pays-cibles de la politique européenne de voisinage, par la réalisation de divers projets de coopération pour le développement, notamment en Géorgie, en Ukraine et au Moldova.

La participation de l’Estonie aux missions et opérations de l’Union européenne

L’Estonie est engagée dans le développement des capacités européennes de gestion civile et militaire des crises. Des agents de police, des gardes-frontière, des officiers de douane et d’autres experts de secteurs civils poursuivent leurs activités dans le cadre de missions de l’UE dans les Balkans occidentaux, en Géorgie et en Afghanistan.

L’Afghanistan (EUPOL Afghanistan) – le développement de la sécurité intérieure est l’une des grandes priorités pour la stabilisation de l’Afghanistan, alors même que la situation compliquée du pays représente pour l’UE un véritable défi. La mission travaille à construire un système de police, travail auquel participent en 2011 trois experts estoniens.

Le Kosovo (EULEX Kosovo) – la mission européenne oriente et suit le fonctionnement du système juridique, de la police, de la douane, des gardes-frontière et des institutions pénales du pays. Six experts estoniens y sont associés.

La Bosnie Herzégovine (EUPM) – c’est la toute première mission civile de l’UE qui dure depuis 2003. Elle a pour tâche principale d’aider et de conseiller dans la mise en œuvre de la réforme de la police, avec la participation d’un policier estonien.

La Géorgie (EUMM Georgia) – La mission d’observation envoyée en afin de suivre et de contrôler la réalisation du plan de paix consécutif au conflit du mois d’août 2008 comprend trois experts estoniens.

L’Irak (EUJUST LEX) – l’objectif de cette mission est de former les fonctionnaires irakiens travaillant dans le système judiciaire et pénal. Elle offre surtout des cours et des stages organisés dans les pays membres. L’Estonie a formé en 2009 dans ses prisons deux fonctionnaires irakiens chargés des prisons.

La Bosnie Herzégovine (EUFOR Althea) – L’opération européenne ALTHEA a pour objectif principal de garantir la mise en œuvre des conditions du traité de paix de Dayton/Paris et de créer en Bosnie Herzégovine un environnement sûr et tranquille. L’Estonie contribue à cette mission avec deux officiers d’état-major.

La contribution de l’Estonie aux groupes de combat de l’Union européenne se fait au sein du groupement tactique nordique (Nordic Battlegroup – NBG). La prochaine période d’astreinte de ce groupement aura lieu dans la première moitié de 2011.

EUNAVFOR – Operation ATALANTA. Depuis novembre 2010, une équipe estonienne de protection embarquée (Vessel Protection Detachment - VPD) participe à l’opération anti-piraterie ATALANTA dans les eaux au large de la Somalie.

La coopération bilatérale et multilatérale dans le domaine de la sécurité

En plus d’être membre de l’UE et de l’OTAN, l’Estonie accorde une grande importance à la coopération au sein des autres organisations internationales, au premier chef l’ONU, l’OSCE et le Conseil de l’Europe.

L’Estonie est membre de l’Organisation des nations unies (ONU) depuis 1991. La coopération au sein de l’ONU est pour l’Estonie un moyen incontournable de garantir la paix et la sécurité internationales notamment en vue de tenir les objectifs de développement, de préserver la paix et de lutter contre le terrorisme international. L’Estonie souhaite être élue au Conseil de sécurité de l’ONU en tant que membre non permanent en 2020-21. Elle tient à l’application réelle de la résolution 1325 du Conseil de Sécurité de l’ONU « Les femmes, la paix et la sécurité » dans un contexte international de coopération et de participation. Un observateur militaire estonien participe à la mission ONU de maintien de la paix au Proche Orient (UNTSO).

L’Estonie est membre de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe depuis 1991. L’approche de la sécurité de cette organisation est large et comprend les dimensions militaire, économique et humaine. Dans le domaine militaire et de sécurité, l’Estonie participe activement à la coopération établie par le document de Vienne et par l’accord Ciel ouvert. Des experts estoniens participent au travail des missions de l’OSCE dans les Balkans occidentaux, au Caucase méridional et ailleurs.

L’Estonie est membre du Conseil de l’Europe depuis 1993. Le Conseil de l’Europe est une organisation irremplaçable, qui œuvre pour la défense des droits de l’homme. Sur les questions de sécurité, l’Estonie accorde beaucoup d’importance à la coopération dans le cadre du Conseil de l’Europe, notamment dans le combat contre le terrorisme, contre la criminalité organisée, entre autres contre la cybercriminalité et contre le trafic d’êtres humains.

L’Estonie a adhéré aux principales organisations internationales de contrôle des marchandises stratégiques comme l’accord de Wassenaar, le Groupe d’Australie et le Groupe des fournisseurs nucléaires.

Pour l’Estonie, la réaction aux nouveaux risques de sécurité, notamment la garantie de la cybersécurité, est un point important de coopération internationale. La vulnérabilité de l’espace cybernétique est une menace sérieuse sur la sécurité qui concerne tous les pays et à laquelle il faut travailler. Il est indispensable que la sécurité de l’espace cybernétique ne soit pas réalisée au détriment des droits de l’homme. D’après la stratégie nationale de cybersécurité adoptée par le gouvernement estonien, il faut faire connaître cette question par l’intermédiaire de diverses organisations et développer la coopération entre pays partageant les mêmes conceptions dans ce domaine. L’Estonie souhaite voir accorder un large soutien international à la convention sur la cybersécurité adoptée par le Conseil de l’Europe. C’est à Tallinn qu’a été créé le centre d’excellence de l’OTAN pour la cybersécurité et l’Estonie veille à faire connaître sa pratique au monde entier.

Pour ce qui est des relations bilatérales, la coopération en matière de politique de sécurité et de défense est particulièrement importante avec les USA, avec le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France. Les pays avec lesquels elle est particulièrement intense sont les voisins du Nord – le Danemark, la Finlande, la Norvège et la Suède – ainsi que les voisins du Sud, la Lettonie et la Lituanie.

La longue coopération entre l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie est en train de changer en accord avec les objectifs et les défis liés à l’appartenance à l’OTAN. Plusieurs projets tripartites commencés depuis longtemps se poursuivent, alors que d’autres ont été clos après obtention des objectifs recherchés (par exemple le BALTBAT, le BALTSEA). Les principaux projets tripartites à long terme sont le BALTRON, le BALTNET et le BALTDEFCOL.

Le BALTRON, autrement dit l’Escadre balte de déminage, est un bon exemple de réussite dans la coopération des forces de marine.

Le BALTNET, autrement dit la surveillance de l’espace aérien balte – Baltic Air Surveillance Network – est un système lancé en 1998 dont l’objectif est de se procurer, de coordonner des équipements de surveillance de l’espace aérien dans les Pays baltes, de transmettre et de représenter les résultats de cette surveillance ; le Centre de Coordination régionale de surveillance aérienne est basé en Lituanie (RASCC).

Le BALTDEFCOL, autrement dit Collège balte de défense, a été fondé en 1988 et est un établissement d’enseignement supérieur militaire à l’intention des officiers estoniens, lettons, lituaniens et en provenance des pays partenaires. Son objectif principal est de former des officiers d’état-major (Joint Command and General Staff Course) conformément aux normes de l’OTAN. En 2004, le collège a lancé un cours de commandement supérieur (Higher Command Studies Course – HCSC). Le BALTDEFCOL forme des officiers et de hauts fonctionnaires en provenance d’une vingtaine de pays. Les formations sont dispensées par des enseignants provenant de différents pays.

L’une des manifestations de solidarité les plus remarquables réalisée par l’OTAN est l’opération de sécurité de l’espace aérien réalisée en Estonie, Lettonie, Lituanie. Ces trois pays couvrent eux-mêmes une partie des frais et investissent dans le développement des systèmes nécessaires de direction de la surveillance aérienne à terre et d’autres manières adaptées. Pour développer ces capacités au niveau national, l’Estonie développe activement, en étroite coopération avec l’OTAN, la base aérienne d’Ämari.

TopBack

© Ambassade d'Estonie à Ottawa 260 Dalhousie Street, Suite 210, Ottawa, tel. (1 613) 789 42 22, e-mail: embassy.ottawa@mfa.ee